Grades

Le karaté est comme l'eau chaude, si vous ne lui apportez pas de la chaleur constante, elle refroidira. - Gichin Funakushi

Quand tu es arrivé au sommet de la montagne, continue de grimper. - Proverbe chinois

Ne crains pas d'avancer lentement, crains seulement de t'arrêter.  - Proverbe chinois

D'origine, il y avais deux couleurs de ceinture. La ceinture blanche afin d'identifier les élèves, et la ceinture noire afin d'identifier les enseignants. Au fils du temps, les grades ce sont multipliés. Les instructeurs peuvent ainsi s'y retrouver et les élèves en retirent aussi une motivation supplémentaire.

Certains disent qu'être ceinture blanche est l'absence de grade. Détrompez vous ! Le pratiquant a entamé un étape des plus importante. Il s'est engagé. 

C'est à cette étape qu'il apprend son premier kata (heian shodan), qu'il se frotte aux premières techniques et au travail à deux. Ce qu'il y apprendra le suivra toute sa vie.

On y apprend aussi le kata Junro shodan.

Le premier passage de grade est traversé et avec succès. On y commencera l'apprentissage du kata Heian nidan et les techniques commencent à se combiner. 

On continue d'y apprendre le kata Junro shodan.

Lorsque le pratiquant atteint ce grade, une certaine confiance s'installe. On y apprend heian sandan, junro nidan et de nouvelles techniques.

Ce grade est un défi. On y apprend encore de nouvelles techniques et le 4e kata de la série heian (heian yondan). Le pratiquant doit être de plus en plus autonome dans son apprentissage. Pas qu'il doit apprendre de lui même, mais on ne lui tiendra plus la main. C'est une étape souvent difficile. 

On continue de pratique junro shodan et nidan.

Le passage de grade vers la bleue se fait avec Sensei Katsumata.

Quelle fierté !! Lorsque le pratiquant accède à ce grade, une nouvelle motivation s'en suit. On y pratique heian godan, les combinaisons de techniques se complexifient et le travail à deux s'intensifie. On commence à toucher à des katas complémentaires.

On y pratique Junro shodan, nidan et sandan.

À ce stade, on commence à mieux suivre les ceintures avancées. On y pratique plusieurs katas et on y apprend Tekki Shodan pour le prochain passage de grade.

On continue de pratiquer Junro shodan, nidan et sandan.


On commence à réaliser que plus on en apprend, moins on en sait. On doit devenir très assidu aux cours pour continuer à progresser.

On commence à pratiquer Bassai Dai et autres katas plus complexes.

On ajoute Junro Yondan à la série.

On doit maitriser tous les katas inférieurs pour passer au grade suivant. Le passage au premier kyu sera un peu comme une pratique pour le passage à la noire car il sera fait lors d'un camp de l'AKS et non en dojo.

Junro godan s'ajoute en apprentissage sans oublier les 4 autres.

L'ultime kyu avant son shodan !

Étape déterminante. On est presque une ceinture noire mais pas tout à fait. Souvent, une petite nervosité supplémentaire y est associé. Il ne faut pas se décourager, c'est normal.

On choisi le kata qu'on veut présenter pour son passage de shodan. On doit maitriser tous les katas précédents ainsi que tous les Junro. Montrer qu'on est digne de la noire pendant tout son parcours.

Le passage vers la noire se fera obligatoirement lors d'un camp.

Quel accomplissement suite à tant d'années de pratique. On dit que c'est lorsque on obtient notre shodan qu'on commence à faire du karaté. 

En effet, c'est comme obtenir son diplôme de secondaire 5. On connait maintenant la base mais très peu de la vie.

Ce n'est pas le temps de se reposer, mais de travailler encore plus fort.

Les dans reflètent la persévérance, le perfectionnement et les connaissances. 

Il y a beaucoup de travail et d'années derrière chaque grade.

Les katas sont complexes et la maîtrise du combat est significative.

Le dixième dan est un grade honorifique souvent donné après le décès du karatéka. Il est octroyé a ceux qui ont fait une grande différence dans l'histoire du karaté.